1er comité de thèse : Les modes de vie des usagers du CESO

date: 
22/07/2014

Les territoires de grande couronne francilienne sont-ils appréhendés à leur juste mesure par la planification et la programmation régionales ? Ils sont souvent l’objet de jugements hâtifs (paysages sans identité, étalement urbain dévastateur, zones d’activités sans fin, par exemple) qui rejaillissent sur les personnes qui les fréquentent – habitants, travailleurs, visiteurs – ; et dont les modes de vie peu analysés mais souvent critiqués.

L'Agence accueille, depuis début 2013 une doctorante en Cifre (Convention industrielle de formation par la recherche, associant un doctorant, une entreprise d'accueil, ici l’Audeso, et un laboratoire universitaire – ici, le Lab'Urba de l'Université Paris-Est) pour travailler sur ces questions. Le projet de thèse a été présenté pour la première fois lors d’un atelier CESO Horizon 2030 en février 2013 auprès des élus du territoire.

L'année 2013 a été mise à profit pour recueillir une partie du matériau sur lequel s'appuiera la recherche :

  • le portrait social du territoire, se fondant sur des indicateurs essentiels qui témoignent des disparités touchant la population du CESO ;
  • une première phase d'enquête exploratoire a été réalisée auprès d’une douzaine d’élus du territoire. Elle a permis de brosser les grands traits des modes de vie au regard des spécificités locales : attraction plus forte de l’agglomération parisienne pour les intercommunalités du nord du CESO ; caractère structurant de certains espaces naturels, localement comme les lacs de Viry-Grigny, ou plus généralement comme la Seine ; importance d’Évry 2 pour tous les habitants du territoire ; mode de vie organisé sur plusieurs intercommunalités pour les uns (CALE, CALPE, CASE) tandis que d’autres semblent davantage centrés sur leur périmètre (CCA), par exemple. Ces entretiens, qui constituaient la première phase du travail de recherche, visaient à parfaire la connaissance du territoire et de ses usagers, ainsi qu’à cadrer la notion de mode de vie au regard des préoccupations des élus et des spécificités du territoire. Un premier inventaire des lieux importants du CESO a permis d’ébaucher une géographie des modes de vie sur le territoire. Certains lieux cristallisent en effet les pratiques : la zone commerciale de la Croix-Blanche, le marché de Juvisy, le pôle évryen, la centralité de Corbeil-Essonnes, la forêt de Sénart ou la base de loisirs de Port-aux-Cerises en sont quelques exemples ;
  • une deuxième phase d'entretiens, contribution qualitative à l'analyse statistique conduite par les Urbanistes Associés sur les bassins de vie pour l'Atelier international du Grand Paris, a été menée auprès de 25 experts du territoire. Cette enquête a aidé à déterminer les lieux les plus structurants pour tous (les espaces naturels en particulier, comme la Seine ou la forêt de Sénart) et en fonction de catégories d'usagers (les lieux de consommation, en particulier les boutiques et marchés spécialisés ainsi que les équipements de loisirs ou culturels, sont en ce sens nettement séparés en fonction des populations qui les fréquentent) et les pratiques qui y sont rattachées.

Le comité de suivi de thèse réuni le 8 juillet 2013 a permis d’échanger autour des enseignements des premiers entretiens exploratoires. L’ampleur du sujet conduit à recentrer le travail de recherche et, au regard des premières conclusions, ce sont les pratiques et les lieux dédiés à la consommation qui seront l’objet d’une étude approfondie.