Le fret fluvial et les activités portuaires dans le CESO

date: 
17/12/2013

Avec 1,2 million de tonnes de marchandises chargées ou déchargées au sein de ses ports, le CESO représente 6 % du trafic fluvial d’Île-de-France en 2010. Cette part modeste pourrait toutefois se renforcer compte-tenu de certaines caractéristiques du territoire, propices au développement du fret fluvial : potentiels multimodaux route-fer-fleuve importants, présence d’un tissu d’activités dense et divers à proximité, projets de développement urbains, par exemple. Un site semble à ce titre particulièrement stratégique, celui du "carrefour Seine-Francilienne" autour des communes d’Évry et de Corbeil-Essonnes.

La Seine et ses affluents structurent CESO. Longtemps délaissé, le fleuve est aujourd’hui reconnu pour l’ensemble de ses fonctions : un corridor écologique qu’il convient de protéger, un itinéraire naturel pour les circulations douces, un atout pour le cadre de vie, mais aussi un axe important de transport, le long duquel de nombreuses activités économiques se sont implantées.

L’étude réalisée par l’Audeso, en collaboration avec Ports de Paris, sur le fret fluvial et les activités portuaires propose un état des lieux de l’activité portuaire au sein du CESO : localisation des infrastructures portuaires, marchandises transportées. Elle identifie les principaux enjeux relatifs au développement du fret fluvial :  développement économique, environnement, transports, aménagement et urbanisme. Elle décrit le contexte dans lequel se trouve aujourd’hui le transport de marchandises par voie d’eau, à différentes échelles : nationale, régionale, départementale. Enfin, une analyse des sites portuaires gérés par Ports de Paris - Athis-Mons, Viry-Chatillon, Évry, Corbeil-Essonnes et Saint-Germain-lès-Corbeil - permet d’illustrer, à l’échelle locale, les enjeux et problématiques relatifs aux activités portuaires en replaçant les sites dans leur environnement urbain.

Télécharger un extrait de l'étude