Projet de ligne à grande vitesse POCL : publication du cahier d’acteur de l’Audeso

date: 
06/02/2012

Du 3 octobre 2011 au 31 janvier 2012, la Commission nationale du débat public a organisé une consultation sur le projet de ligne à grande vitesse (LGV) Paris / Orléans / Clermont-Ferrand / Lyon (POCL). Cette ligne nouvelle aurait pour objectif de desservir les territoires du centre de la France tout en délestant la LGV Paris-Lyon existante prochainement saturée.

La ligne à grande vitesse POCL serait un levier de développement important pour les régions et les capitales régionales desservies. Moteur essentiel de la "vallée des biotechnologies" et du pôle économique "Sud de Paris", le CESO, bassin de développement francilien, doit être étroitement associé au projet POCL. La mise en œuvre du projet ne peut pas se limiter à l’insertion de nouvelles contraintes dans le CESO, territoire riche de ses atouts environnementaux, sociaux et économiques.

Sans attendre, la priorité des acteurs du CESO concerne l’amélioration du fonctionnement des RER C et D. L’opportunité de mettre en œuvre le sextuplement des voies (4 à 6)entre Juvisy-sur-Orge et la gare de Paris-Austerlitz, comprise dans les hypothèses du projet POCL, constitue pour le CESO un atout indéniable à la réalisation de la LGV sous réserve que ces travaux puissent intervenir par anticipation avant l’échéance 2025 de mise en service.

Par ailleurs, l’insertion dans le CESO d’une gare TGV (à Brétigny-sur-Orge ou à Juvisy-sur-Orge) favoriserait les échanges Île-de-France/province dans les domaines économique (emplois et actifs) et de la recherche (réseau des universités, recherche sur les biotechnologies).. En complément, l’hypothèse d’une gare à Orly est à étudier. La définition des tracés devra tenir compte des enjeux de préservation de l’environnement et de l’activité agricole.. Ce sont les conditions de l’acceptabilité du projet par les acteurs du CESO.

Traiter en priorité le dysfonctionnement des réseaux ferrés existants, fournir un levier de développement important aux entreprises du CESO, donner à ses actifs des possibilités d’emplois nouveaux, renforcer les échanges dans le domaine de la recherche, envisager une liaison rapide entre le CESO et la province et préserver l’environnement sont les conditions de la réponse aux besoins des habitants et à la réussite de ce territoire du sud francilien.

Cette consultation est également l’occasion d’une coopération entre les agences d’urbanisme concernées : l’Audeso, l’APUR (Paris), l’IAU-îdF, l’AUAO (Orléans), Epures (Saint-Etienne), les agences de Clermont-Ferrand et de Lyon.

Fichier joint: