Retour sur la 32e rencontre nationale des agences d’urbanisme

date: 
13/12/2011

Les 18, 19 et 20 octobre 2011, l’Audeso a participé à la rencontre nationale des agences d’urbanisme organisée à Paris par l’Apur, avec l’appui de l’IAU-îdF et des agences territoriales (Audas, Oise-la-Vallée, Aduga, Audeso, Audrr). La rencontre a commencé par une séance plénière réunissant dans un débat animé par Stéphane Paoli : Vincent Feltesse, président de la FNAU, Anne Hidalgo, présidente de l’Apur et première adjointe au Maire de Paris, Benoist Apparu secrétaire d’État chargé du logement et Michel Lussault, géographe.

Le 19, l’Audeso accueillait sur son territoire d’étude, le Centre Essonne-Seine-Orge (CESO) l’un des 13 ateliers-visites organisés dans le Bassin parisien. Le groupe d’une soixantaine de personne, composé de participants à la rencontre et de partenaires essonniens invités par l’Audeso, a commencé cette journée de visite à Genopole. Après une introduction de Michel Berson, président de l’Audeso et sénateur de l’Essonne, Pierre Tambourin, directeur général du GIP  Genopole, a présenté ce premier bioparc français dédié aux biotechnologies en le replaçant dans son contexte européen et mondial. À sa suite, Bénédicte Simon, directrice-adjointe du CHSF chargée de la recherche, a fait une présentation du Centre Hospitalier Sud Francilien et du nouveau bâtiment de son site unique.

Après des questions du public et des échanges avec les deux intervenants, le groupe a rejoint l’hôtel d’agglomération Évry Centre-Essonne pour une table-ronde sur le thème « Recherche & développement, innovation et territoires : quelle gouvernance croisée pour des bénéfices mutuels ? » présidée par Francis Chouat, 1er vice-président du Conseil général de l’Essonne, président de l’Agence pour l’économie en Essonne, et animée par Anne-Véronique Vernardet, directrice de l'Audeso.

Francis Chouat a ouvert la discussion en relatant son expérience d’élu local dans la mise en œuvre d’une politique de développement économique basée sur l’innovation. Il a rappelé l’historique de la création de la ville nouvelle et de l’implantation de Genopole, issues toutes les deux de la volonté publique. Il a également souligné le lien entre le développement, notamment immobilier, de Genopole et l’émergence récente de trois projets d’avenir : le CHSF, la démarche « Nationale 7 » et l’aménagement du quartier du Bras de fer.

Laurent Perrin, architecte-urbaniste (AREP Ville), a souligné l’importance du concept de « sérendipité », ou « art de réaliser des découvertes inattendues ». La capacité des villes à favoriser des rencontres heureuses dues au hasard serait, selon lui, au cœur des processus d’innovation, et toute politique d’aménagement et de promotion de l’innovation devrait avoir pour but « d’organiser la productivité du hasard ».

Richard Messina, représentant l'université d’Évry Val d'Essonne, a mis en lumière la relation entre l’université et son territoire : une attractivité territoriale différenciée selon le stade du cursus et une adéquation entre les formations et le bassin d’emploi du CESO.

François Loscheider, secrétaire général de la conférence territoriale de la vallée scientifique de la Bièvre, a présenté ce cluster, situé entre Paris et le plateau de Saclay, qui est à la fois un territoire géographique « entre-deux » et une structure souple de gouvernance.

 

À la suite de cette table-ronde, Laurent Petit, directeur de l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine, a présenté sa « conférence d’introduction à la psychanalyse urbaine ». Une performance à mi-chemin entre l’urbanisme et le théâtre, très appréciée des participants et qui fut probablement un moment iconoclaste durant cette rencontre (comme en témoigne un article du Journal du Off.

 

Après le buffet-déjeuner, les participants ont rejoint Ris-Orangis pour voir découvrir un exemple concret d’innovation : l’éco-quartier des Docks de Ris lancé dès 2004. Innovation dans la gouvernance d’abord, puisque le projet a donné lieu à un processus de concertation avec les habitants qui a commencé très en aval et a englobé tous les aspects (circulation, stationnement, commerce, etc.).

Ce processus a été présenté par Stéphane Raffalli, adjoint au maire de Ris-Orangis. Innovation dans le domaine environnemental ensuite, à l’aide de dispositifs techniques (charte environnementale, pompes à chaleur, circulations douces favorisées, etc.) détaillés par Lionel Humery de l’Aftrp, aménageur du site. Enfin, Valérie Kauffmann, paysagiste au CAUE 91 a souligné, outre la l’exemplarité de la démarche de participation, la qualité de l’intégration au site grâce au travail du paysagiste Thierry Laverne.

Prochaine étape : Brétigny-sur-Orge. Le trajet fut l’occasion pour Patrick Thépin, directeur des études de l’Audeso, de présenter aux participants le projet de Promenade de Seine animé par l’agence et exemplaire d’une démarche de projet souple et concrète

À Brétigny, d’autres projets novateurs ont été exposés. Le maire, Bernard Decaux, a présenté le projet d’éco-quartier Clause Bois-Badeau. Olivier Quittard, des services de la communauté d’agglomération du Val d’Orge, a expliqué les enjeux de la reconversion du site de l’ex-base aérienne 217 ainsi que le projet « Val-Vert Croix-Blanche », et sa « cité de l’habitat durable et intelligent ». Antoine Prenant, de la Sorgem, aménageur du site, a ensuite guidé une visite du chantier avant que le groupe ne rejoigne Paris par le RER.

Pour en savoir plus sur les sites visités et les thèmes abordés, téléchargez le programme complet de l’atelier

 

Des collaborateurs de l’Audeso ont par ailleurs participé aux ateliers-visite de la vallée de l’Oise et de Seine Aval.

Le lendemain, 20 octobre, l’équipe de l’Audeso a assisté à la plénière de clôture et a participé aux ateliers-métiers suivants :

  • Les observatoires : créations, disparitions, conditions de survie
  • Sociologie : investir plus largement dans la connaissance des modes de vie
  • La marche à pied, un mode de déplacement high-tech ?
  • Jeux de rôles pour grands territoires
  • La compétence en urbanisme commercial au sein des agences
  • Géomatique et ingénieries urbaines
  • La ville facteur 4 : quel renouvellement des pratiques et des métiers ?

Cet évènement fut comme chaque année l’occasion de rencontrer des élus des territoires des 53 agences du réseau et d’autres professionnels de l’urbanisme pour partager des expériences et collecter de nouvelles idées. Rendez-vous dans un an à Bordeaux à l’invitation de l’A’urba !