Universités et territoires : intervention au séminaire du Plan Urbanisme Construction Architecture

date: 
07/08/2012

Anne-Véronique Vernardet, directrice de l’Audeso, est intervenue au nom de la FNAU au séminaire du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA, ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement), le 7 novembre 2011. L’objectif de ce séminaire  organisé avec le LATTS et l’Université Paris-Est, est « de créer un lieu d’échange et de production de connaissances sur les différentes dynamiques à l’œuvre et sur la manière dont elles participent à la transformation des politiques d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation, à la recherche de nouvelles structures de coopération et à la fabrique de nouveaux territoires universitaires et urbains ».

Anne-Véronique Vernardet a fait part des résultats d’une enquête de la FNAU auprès des 53 agences du réseau. Il en ressort que les universités, et désormais les PRES, sont membres d’un tiers des agences d’urbanisme. Les agences d’urbanisme apportent leur savoir-faire en termes de prospective, d’analyse et de planification, comme l’observation des sites universitaires et de la vie étudiante (Lille, Nancy…), ou des études et des projets spécifiques (schémas de développement universitaire dans le cadre du Plan Campus comme à Aix-Marseille, insertion urbaine des sites universitaires, lien entre formation et économie locale, insertion des jeunes diplômés…). Autre enseignement de cette enquête, les agences d’urbanisme et les universités collaborent dans quatre grands domaines :

  • l’université, la ville et le territoire (problématiques urbaines et immobilières, contribution à la vitalité urbaine et au rayonnement des territoires, problématiques de desserte et d’accessibilité),
  • l’université et le développement économique territorial (réseau scientifique territorial, cohérence des formations et des besoins du marché du travail ; consolidation du potentiel universitaire et scientifique au bénéfice de l’économie du territoire),
  • les modes et conditions de vie des étudiants, des enseignants, des chercheurs, des personnels (observations, enquêtes, études),
  • les relations pédagogiques entre les agences et les universités (formation, recherche).

À titre d’exemple, l’université d’Évry Val d’Essonne (UEVE) est membre de l’Audeso. Une collaboration récente dans le cadre d’un module pédagogique a porté sur les modes de vie et les représentations du territoire par les étudiants de l’université.

L’UEVE est l’une des 4 universités nouvelles d’Île-de-France décidées en 1989 par le Plan Université 2000. Implantée au cœur de l’ex-ville nouvelle d’Évry, elle vient de fêter son vingtième anniversaire.  ). Alors que l’époque était, après 1968, à la localisation des campus en périphérie, les urbanistes se sont évertués à localiser l’université d’Évry en centre-ville. Ses sites sont néanmoins dispersés dans la ville, au gré de ce que furent les opportunités foncières et immobilières pour l’établissement public d’aménagement de la ville nouvelle. L’UEVE compte ainsi 3 sites principaux (dont le site majeur, face à la gare du RER D), 15 bâtiments, 150 000 m² de SHON. Elle accueille 10 000 étudiants. Devenue pluridisciplinaire au fil du temps, elle garde une vocation scientifique qui s’inscrit entre autres dans la dynamique de la « Vallée des biotechnologies ». C’est une université de proximité, qui recrute jusqu’en L3 dans un bassin proche (plus éloigné pour les M2 et les doctorats). Dans le jeune département qu’est l’Essonne, la proportion de diplômés de l’enseignement supérieur devrait encore s’accroître.

L’insertion de l’université d’Évry dans la ville pose des questions qui sont généralisables à l’ensemble des villes universitaires : Ce qui est bon pour les étudiants et les chercheurs est-il bon pour l’ensemble des habitants ? Quel ressenti des étudiants par rapport à leur quartier ? Quel ressenti des habitants par rapport aux étudiants qui ont souvent des pratiques bien différentes (hyper-mobilité, horaires décalés, pratique intense des activités de centre urbain quelle que soit l’heure) ? Seuls 40% des étudiants de l’UEVE résident dans l’agglomération d’Évry. Comment les impliquer, ainsi que les personnels universitaires, à l’animation urbaine de la cité ?

Le cœur de la ville d’Évry est en pleine mutation. Les nouveaux équipements (résidence étudiante, maison de l’université, institut de biologie) contribuent à la fabrication de la ville, à la sédimentation progressive, par accumulation, d’un récit commun entre l’université et la ville. Il faut poursuivre la fabrication de ce tissu urbain mixte socialement et fonctionnellement. Les sites universitaires, pôles générateurs de trafics, contribuent à polariser l’offre urbaine, au bénéfice de la notoriété et de l’attractivité de l’université et de la ville, et de leur lisibilité.